Romain Van Wissen

 

Plasticien 

Né à Eupen le 8 février 1965

 

PANOPTIKUM

30 octobre – 24 décembre 2016 

La galerie Triangle Bleu est heureuse d'accueillir l'artiste Romain Van Wissen pour sa première exposition personnelle à Stavelot. Celle-ci confirme l'initiative de la galerie de s'engager à la fois dans une direction dynamique de la peinture contemporaine et en faveur de la jeune scène belge et internationale.

Né en 1965, Romain Van Wissen se définit clairement comme peintre. L’approche qui constitue sa démarche consiste à composer à partir d’éléments de natures différentes. Ces assemblages, de manière très singulière, confèrent à sa peinture un statut complexe. Elle est composite. L’artiste dépasse en effet les classifications habituelles du genre : sa peinture se situe par delà la frontière qui sépare l'abstraction de la figuration. Elle réside au-delà même d'une approche sensuelle ou géométrique. Elle est hors-cadre. C’est volontairement que Romain Van Wissen fait fi des classifications. A l'inverse des pionniers de la peinture abstraite, il est parti de l'abstraction pour arriver à une certaine forme, extrêmement précise, de figuration. Il a laissé apparaître un horizon, induisant une certaine idée du paysage. Ces derniers se sont construits naturellement, à la manière de paysages affectifs, dans lesquels le spectateur pourra faire un lien avec les endroits les plus communs dont il fait l’expérience au quotidien. Puis des architectures sont apparues dans l’image, des constructions simples autant que des bâtisses plus typiques. Les peintures montrées à la galerie révèlent aussi une direction inédite dans le travail de l’artiste. Des personnages y font leur apparition, constituant des scènes singulières.

Mais bien qu’on y reconnaisse ces éléments, la peinture dépasse la figuration, ne serait-ce que par la composition. La perspective a disparu. De la même manière, des motifs géométriques dirigent le regard, ils fonctionnent comme cadre tout en déjouant une lecture trop simple.

Nous pourrions dire que l’œuvre de Romain Van Wissen procède d’une peinture émancipée, comme c’est le cas pour plusieurs des artistes de la galerie. Il n'est d'ailleurs pas le genre d'artiste qu'on peut mettre aisément dans une case. Les classifications ne le concernent pas. Il aime le rappeler : « Je suis né dans les années 60, alors qu'on annonçait la mort de la peinture. Je n'étais pas au courant quand j'ai commencé à peindre."

Dès lors, que nous disent ces peintures ? Si l’on se bornait à appréhender ces peintures comme de simples images, on voudrait y voir une succession d'éléments intimes, le type de lieux finalement banals sur lesquels chacun de nous a l'habitude de pratiquer sans jamais vraiment y porter le regard. Chacun de nous se représente le monde au travers de sa propre expérience. Dès lors il est autant d’interprétations du réel que d’individus, le réel n’est qu’un consensus. L’artiste est celui qui restitue, dans le champ de l’art, son interprétation du monde. C’est ainsi que Romain Van Wissen peint sa cosmogonie. Ses paysages et ses architectures constituent autant de récits d’expériences intimes à partager : ici une fête, ici un théâtre, ici la désolation. L’interprétation reste ouverte sur le sens de ces souvenirs… L’ensemble des fenêtres ouvertes dans ces peintures constitue un paysage panoptique. Le regardeur choisira de porter l’œil à telle ou telle fenêtre, il entrera et sortira à sa guise. C’est une expérience de perception unique.

Les titres choisis par l'artiste pour ses œuvres brouillent encore les pistes. Ils témoignent d’un humour qui contraste avec le caractère mental et intérieur des éléments qui composent l’image. L’artiste s’en amuse de manière délectable. Il pratique la peinture avant tout. Nous sommes confrontés à une peinture sans artifice, à la manière dont on produit aujourd’hui des vins nature, sans artifice. La peinture se suffit à elle-même, elle n’a pas besoin d’additifs d’aucune sorte. Elle n’a pas davantage besoin de classification, ni même de discours. Elle révèle d’autant mieux sa nature et ses aspérités.

Si elle se suffit aussi bien à elle-même, c’est que la peinture possède cette faculté d’agir au-delà de la peinture. Elle n’est jamais une simple image.

Jérôme Lefèvre

 

 

Panoptikum

October 30 – December 24, 2016 

Galerie Triangle Bleu is pleased to welcome the artist Romain Van Wissen for his first personal exhibition in Stavelot. This presentation confirms the gallery's dual ambition to engage with a dynamic direction in contemporary painting, while also bringing the young Belgian and international artistic scene to the foreground.

Born in 1965, Romain Van Wissen clearly defines himself as a painter. The approach that underlies his practice is based on compositions that employ elements of different kinds. In a very singular manner, his painting acquires an air of complexity through this form of assemblage. It becomes composite. The artist indeed transcends the usual classifications of the genre: his painting exists beyond the boundary that separates abstraction from figuration. It exists outside the realm of a sensual or geometric approach. It is unclassifiable. Romain Van Wissen consciously eschews classifications. In contrast to the pioneers of abstract painting, he evolved from abstraction to a certain – extremely precise – form of figuration. He introduced a horizon, inducing, in this way, a certain idea of the landscape. His landscapes have formed naturally, like emotional landscapes, in which the viewer will recognize the most common places they experience on a daily basis. Architectural structures have also emerged in the image, simple constructions as well as more typical buildings. The paintings presented in the gallery also reveal a new direction in the work of the artist. Figures make their appearance, creating scenes that are both idiosyncratic and unique.

But even if we recognize these elements, the painting transcends figuration, if only through its particular composition. The perspective has disappeared. In the same way, geometric patterns direct the gaze; they function as a framework while thwarting too simple a reading.

We could say that the work of Romain Van Wissen is based on an emancipated painting, as is the case for many of the artists of the gallery. He is also not the kind of artist that can be easily categorized. Categories do not concern him. He likes to remind us: 'I was born in the 1960s, when the death of painting was announced. I wasn't aware of this when I started to paint."

So, what do these paintings tell us? If one would try to understand these paintings as simple images, one would see a succession of intimate elements, the type of ultimately banal places each of us has the habit of coming across without ever really paying attention to. Each of us makes a representation of the world through their own experience. Consequently, there are as many interpretations of reality as there are individuals, reality is but a consensus. The artist is the one who, in the field of art, renders his interpretation of the world. This is how Romain Van Wissen paints his cosmogony. His landscapes and his architectures are shared stories of intimate experiences: a party, a theatre, desolation. The interpretation of the meaning of these memories remains open ... All of the open windows in these paintings constitute a panoptic landscape. The viewer chooses to look at this or the other window, he will enter and leave them as he pleases. It is a unique experience of perception.

The titles chosen by the artist for his works confuse us even more. They reflect a sense of humor that contrasts with the mental and internal character of the elements that make up the image. The artist handles them is a playful and delectable way. Above all, however, he practices painting. We are confronted with an art without artifice, much like the manner in which today's wines are produced, without artifice. The painting suffices in itself, it does not need additives of any kind. Nor does it need classification, or discourse. It reveals both its proper nature and its irregularities all the better.

If it suffices in itself, it is only because painting has this ability to act beyond painting. It is never a simple image.

Jérôme Lefèvre

 

Formation

Académie des Beaux Arts de Verviers (peinture, gravure)

Prix

2000: Prix d’encouragement EVBK Prüm Allemagne.
2005: Prix artistique de l’est de la Belgique Musee d’art contemporain Eupen Ikob.
2014: Prix « Künstler der DG » Communauté germanophone de Belgique.

Divers :
Animateur de stage :
« Espace et paysage » Forum Ludwig Aachen 2010
Académie d’été de Libramont depuis 2014

Expositions

2017

Solo show Ikob, Eupen
Solo show Stéphane Goosse Intérieurs, Bruxelles

2016

Luxembourg Art Weeks (Galerie Triangle Bleu Stavelot)
Art Fair Cologne (Galerie Freitag 18.30 Aachen)
Panoptikum Galerie Triangle Bleu Stavelot
Fundazione Vittorio Leonesio Puegnago del Garda 700 ans de la Paix de Fexhe Fexhe le Haut Clocher
Vasistas Galerie Freitag 18.30 Aachen
Picolo Kunsthaus Troisdorf
Museum = K(X+Y)/D IKOB Eupen
Pooh Pooh Bee Doo Espace 157 Verviers

2015

Art Fair Cologne Allemagne (Galerie Freitag 18.30)
Galerie Freitag 18.30 « Passez la porte »
Archipelago Maastricht
Galerie Koma Mons 2015 Capitale culturelle de l’Europe

2014

Fata Morgana IKOB Eupen
Art Fair Cologne (Galerie Freitag 18.30)
Ostrale 014 Dresde
Galerie Freitag 18.30 Aachen
Atelier I.S. Walhorn

2013

Galerie Freitag 18.30 Aachen
Chic & Cheap Liege ikob «Roman d’apprentissage d’une collection » Eupen

2012

Galerie Freitag 18.30 Aachen
Art Truc Troc Bozar Bruxelles
La collection RTBF Bozar Bruxelles
Ostrale 012 Dresde

2011

Galerie Freitag 18.30 Aachen
Ostrale 011 Dresden
Chic & Cheap Liege
Cronos en famille Galerie Koma Brescia Italie
L’art s’affiche Junkerhaus Simonskall Allemagne
Atelier I.S. Walhorn
Ni fleurs ni couronnes Galerie Koma Mons

2010

Galerie Freitag 18.30 Aachen
Art focus Europa Aachen
BAM Mons Bones & Trees Liège

2009

Galerie du Churchil Liége Wégimont Culture
Galerie Koma Mons
Galerie Einmalich Roetgen Allemagne
Forum für Kunst und Kultur Herzogenrath Allemagne
Galerie Freitag 18.30 Miniaturen Aachen Allemagne

2008

The ikob collection Ikob Eupen
Galerie Azur Spa
Atelier IS Walhorn
Galerie Juvénal Huy
Galerie Monos Liège
The ikob collection Ikob Eupen MOMA Vienne
Galerie Koma Mons
Ostbelgischer Ikob-preis Eupen
Atelier I.S. Aus der Norm Walhorn

2007

Galerie Otero St Paul de Vence France
« L’art s’affiche » Luxembourg Capitale Culturelle de l’Europe
« Tour d’horizon » Galerie Koma Mons

2006

5X in Progres Ikob Eupen
Galerie des Städtischen Museums Eisenhüttenstadt, Allemagne
International Art Gallery, Lasne

2005

Ikob Kunstpreis Eupen
St’Art Strasbourg France Galerie Michel Hanon
Talent Ikob Bruxelles Tour&Taxis
Horse Parade, Fondation Prince Philippe
Centro das Arte Madeira