FEUX LIQUIDES

Marc Angeli
Nicolas Boulard
Anthony Duchêne
Juan Pablo Macias
Laurent Montaron

Curator, Jérôme Lefèvre 

13-05
15-07
2018

du jeudi au dimanche 
de 14 h à 18 h 30
ou sur rendez-vous

van donderdag tot zondag 
van 14 u tot 18 u 30
of op afspraak

von Donnerstag bis Sonntag 
von 14 Uhr bis 18 Uhr 30
oder nach Vereinbarung

from Thursday till Sunday
from 2 pm till 6.30 pm
or by appointment



Alcools, vins, poèmes à boire et matière à penser : c’est en termes de feux liquides que le philosophe Gaston Bachelard définissait les alcools, lui qui voyait en la vigne la « reine du monde intermédiaire », entre le ciel et la terre. De tous temps, nombre d’artistes, de poètes et d’écrivains ont vanté les mérites des alcools, principalement pour leurs capacités à provoquer l’ivresse. Mais aujourd’hui, c’est l’alchimie de la fermentation et du vin qui les fascine, à la manière de Bachelard. 

Nicolas Boulard, né en Champagne, a construit depuis les années 1990 une œuvre attachée au monde du vin. Il a arpenté les principales régions viticoles et planté une parcelle de vignes pour un FRAC. L’exposition révèle des pièces élaborées dans un esprit empreint d’ironie à la manière du Grand vin de Reims ou du Nuancier.

Lauréat du Prix Sciences-Po pour l’art contemporain, Anthony Duchêne s’intéresse tout particulièrement à la biodynamie, méthode culturale mise au point par Steiner. Il collabore avec des vignerons pour produire des sculptures d’un genre inédit.

Juan Pablo Macias est poète et artiste. Mexicain, il est installé en Italie à deux pas de la Toscane. Feux Liquides révèle une installation inédite qui reconstitue une unité de vinification artisanale dans laquelle vit encore l’esprit des vins partagés.

Laurent Montaron s’en réfère à des souvenirs d’enfance, précisément au fait  d’avoir élaboré une absinthe au jardin avec sa sœur. Le résultat, une petite sculpture, est en quelque sorte sa madeleine de Proust.

D’une tout autre manière, Marc Angeli réalise des peintures monochromes obtenues grâce à des pigments des vins, ce sont ici en quelque sorte des tanins rétiniens.

Quoi de mieux que la ville où Apollinaire, l’auteur du célèbre recueil Alcools, est tombé amoureux, pour une exposition sur l’alchimie des Feux Liquides ?

Jérôme Lefèvre

 

Alcohols, wines, drinking poems and thinking matter: it is in terms of liquid fires that the philosopher Gaston Bachelard defined alcohols, he who saw in the vineyard the "queen of the intermediate world", between heaven and earth. Historically, many artists, poets and writers have extolled the merits of alcohol, mainly for its ability to cause drunkenness. But today, it is the alchemy of fermentation and wine that fascinates them, in the manner of Bachelard.  

Nicolas Boulard, born in Champagne, has since the 1990s developed an oeuvre related to the world of wine. He has surveyed the main wine regions and planted a vineyard plot for a FRAC. The exhibition shows pieces that were elaborated in a spirit of irony, such as Grand Vin de Reims or Nuancier 

Winner of the Sciences-Po Prize for contemporary art, Anthony Duchêne is particularly interested in biodynamics, a cultural method developed by Steiner. He collaborates with winemakers to produce sculptures of a new kind.

Juan Pablo Macias is a poet and an artist. Of Mexican origin, he now lives in Italy close to Tuscany. Feux Liquides presents a unique installation that recreates an artisanal winemaking unit in which still lives the spirit of shared wines.

Laurent Montaron refers to his memories of childhood, more precisely the fact of having developed an absinthe in the garden, together with his sister. The result, a small sculpture, is in a way his Madeleine of Proust.

In a whole different way, Marc Angeli makes monochrome paintings with the pigments of wines, here turned into veritable retinal tannins.

What could be more appropriate than the city where Apollinaire, the author of the famous work Alcools, fell in love, for an exhibition on the alchemy of Liquid Fires?

Jérôme Lefèvre