PILOTAGE # 1

Antoine Doyen
Laurent Impeduglia
Fred Krugger
Franck Miltgen
Andrea Radermacher-Mennicken
Stéphanie Roland
Bernard Tullen
Romain Van Wissen

18-11-2018
03-02-2019

Du jeudi au dimanche de 14 h à 18 h 30 ou sur rendez-vous
Vernissage le dimanche 18 novembre de 15h à 18h30

Thursday to Sunday from 2:00 pm to 6:30 pm or by appointment
Opening on Sunday 18 November from 3:00 pm to 6:30 pm

 

Au-delà de l’acte de piloter un quelconque moyen de locomotion, le pilotage désigne également l’acte d’amener une personne ou un projet à son objectif. Parcours qui relève parfois du défi. Les artistes, fins observateurs, nous livrent leur vision.
Antoine Doyen évoque par l’image filmée la circulation citadine. Il montre des temps de vies décomposés et juxtaposés dont le spectateur, confronté à la figure du point de vue, tantôt cinématographique, tantôt touristique, jouera tour à tour un rôle de vigile, de contemplateur et d’observateur boulimique. Première présentation !
Recourant également au support filmé, Stéphanie Roland retrace dans son film Deception Island, l’immobilisation du Belgica lors de l’expédition belge d’Adrien de Gerlache dans l’Antarctique. Le bateau est resté pris dans les glaces pendant près de 13 mois ; la longue nuit polaire a provoqué des maladies, dépressions et même des cas de démence parmi l’équipage. La technique utilisée par Stéphanie Roland plonge le spectateur dans cet univers flottant et hypnotique.
Les œuvres d’Andrea Radermacher-Mennicken thématisent les relations. Ses recherches reposent sur un postulat élémentaire : relation nécessite communication. Une plaque de circulation détournée prouve que la vie passe inéluctablement par un sens giratoire et prend source et chemin via la féminité comme guidante. Plus proche des belles carrosseries, Franck Miltgen expose ses Distortions, compositions épurées, souvent
bicolores, en aluminium. Le support est tordu suivant les lignes de force inhérentes à la forme représentée. Malgré la maltraitance de la surface métallique, la couleur est impeccable, l’aspect est comme neuf.
Fred Krugger est réputé internationalement comme constructeur de véhicules motorisés uniques, exclusifs. Utilisant souvent les métaux précieux, il fait un travail d’orfèvre. A cheval entre l’art et la mécanique, il présente ici en avant-première des éléments isolés de sa dernière création, une voiture prestigieuse, auxquels il confère le statut de sculpture.
Romain Van Wissen revient avec un très beau tableau inspiré de la Parabole des aveugles de Bruegel. Qui sont-ils aujourd’hui ? … L’humanité tout entière semble aveuglée et déraper en suivant des voies pré-tracées dans un espace aux allures virtuelles.
Par-delà l’humour présent dans ses dessins, Laurent Impeduglia entraîne le spectateur dans des espaces hallucinés, sortes de visions allégoriques des méandres du temps présent, emprisonnés entre le poids du passé et l’angoisse de l’avenir. Pour cette exposition, il a créé un très beau triptyque où une main mystérieuse mène de la jubilation aux réseaux d’un univers complexe.
La peinture de Bernard Tullen nous plonge dans un quotidien voilé de mystère : les images surgissent et s’effacent, elles reviennent, s’imposent,
exigent le regard. Il s’inspire de photographies tirées de la presse ou de l'entourage direct et met en question certains aspects de nos sociétés démocratiques.


Beyond the act of steering whatever means of locomotion, piloting also refers to the act of bringing a person or a project to their/its objective.
A path that is sometimes tantamount to a challenge. The artists, as fine observers,present us their vision.
Antoine Doyen, through the filmed image, evokes the city traffic. He presents decomposed and juxtaposed fragments of life which the spectator, confronted with a point of view—at times cinematographic, at others touristic - will in turn approach as watchman, contemplator and bulimic observer.
Equally at home in the filmed medium, Stephanie Roland depicts in her film Deception Island, the immobilization of the Belgica during the Belgian expedition of Adrien de Gerlache in Antarctica. The ship was caught in the ice for almost 13 months; the long polar night caused illness,
depression and even dementia among the crew. Stéphanie Roland's particular technique immerses the viewer in this floating and hypnotic universe.
The works of Andrea Radermacher-Mennicken thematize relations. Her research is based on a basic postulate: a relationship requires communication.
A modified traffic sign proves that life inevitably follows a roundabout way and emerges and finds its course through femininity as a guiding principle.
In keeping with the theme yet alluding, rather, to beautiful bodywork, Frank Miltgen exhibits his distorted, streamlined, often bi-coloured, aluminium compositions. The base is twisted and follows the outlines of the represented form. Despite the abuse of the metal surface, the colour is impeccable,
its appearance like new.
Fred Krugger is internationally renowned as a creator of unique, exclusive motorized vehicles. Often using precious metals, his works are those
of a goldsmith. Straddling art and mechanics, he presents individual elements taken from his latest creation, a prestigious car, to which he confers the status of sculpture.
Romain Van Wissen returns with a very beautiful painting inspired by Bruegel's The Parable of the Blind. Who are they today? ... The whole of humanity seems blinded and derailed as it follows preconceived paths in what seems to be a virtual space. 
Despite the humour present in his drawings, Laurent Impeduglia draws the viewer into hallucinated spaces, allegorical visions of the meanders
of the present, caught between the weight of the past and the anguish of the future. For this exhibition, he has created a very beautiful triptych
in which a mysterious hand leads from jubilation to the networks of a complex universe.
Bernard Tullen's painting plunges us into an everyday reality veiled in mystery: images emerge and disappear, come back, impose themselves, claim the gaze. He takes inspiration from press photographs or images from his immediate surroundings and calls into question certain aspects of our democratic societies.